Ordalie ...

Publié le 25 Décembre 2015

Ordalie ...

Soif de braises, d'incandescences, de laves rougeoyantes.

Je sens en moi une folie remonter vers ma surface pour me disjoindre en éclats de mort, de vie...sa vibration m'annonce ma fin ordinaire.

Et les mains du destin de m'attraper et de me secouer dans tous les coins de mon être, en mille brisures que piétine chaque jour qui passe... encore...

Ils promènent leur carcasse comme parée d'une cuirasse d'invincibilité, ignorants que la vie peut les dépouiller de tout en l'instant - Les ignorants heureux.

Ma main qui écrit là est la main qui affole mon coeur, elle écrit comme on jette la cargaison du navire qui sombre, la jette dans ces pages de tempêtes intérieures, pour surnager un peu encore, conserver le souvenir de quelque lumière dans quelques mots sous l'eau noire de boue bitumineuse.

Fuyez ignorants , c'est une écriture pachydermique, de séisme , de tectonique de mots, en boue, en vous, qui mordent, étripent, lacèrent, sécants , dentés , tessonés, qu'écrase de sa lenteur l'ogre gris poussière de vase séchée au lourd ventre traînant ...l'éléphant, défenses d'ivoire éteint , oreilles lacérées , carcasse cassée , patte en tombeaux, tombereau de décombres ...

Soif de braises, d'amours vitales, que brûle le sang croupi, la sanie des rêves inféconds, purifié par le feu d'une passion inassouvie, ordalie !

Ordalie !

PH.

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #ecrits

Commenter cet article

jean-Pierre Tondini 15/01/2016 12:35

L'éléphant dans sa force abrite un joyau parfait : noblesse des sentiments. Il fallait bien un coffre comme celui-ci pour transporter cet éclat à travers la savane d'ici. Une écriture de séisme, oui, il ne saurait en être autrement. Je m'incline devant cette force sans cesse en action. Amitiés des frontières du Grand est. JPT

Nathanaël 16/01/2016 16:39

Ici de la lave, des braises et chez toi la Foudre... Nous partageons cette force de sentiments ami Jonas du tonnerre d'hiver... Et des vents d'Est... Que ces mots suspendus flottent au dessus de la ville à jamais.

Cardamone 09/01/2016 14:32

Ton écriture pachydermique, elle envoûte, Nathanaël.

Nathanaël 11/01/2016 10:11

C'est la boue... Ça colle aux mots ! Ça emboute... Merci de ta fidélité Cardamone. A bientôt de te lire...

jamadrou 28/12/2015 11:36

Magnifique!

...Qu’il est bon à chaque crépuscule du matin de remettre en jeu ma journée en remerciant par une incantation sereine, l’air du temps.
Oui, le remercier d’être encore envie.
Ouvrir grand les volets de la vie en demandant à la lumière ou au vent si on a le droit à un après tentant. Ecouter la réponse, la sentence...
La lumière est passion dévorante, amour de vivre jusqu’à aimer en mourir.
Le vent, lui, peut effacer l'avant et laisser les pâturages en champs libres.
Faut-il vraiment prendre le risque de mourir chaque soir pour se sentir vivre au matin?
Oui, chaque crépuscule du soir me permet de remettre tout en jeu, oui je joue à la mort à la vie, ordalie.

Mes meilleurs voeux Nathanaël, as-tu entendu ce que 2016 te promet?

Nathanaël 29/12/2015 16:45

Oui Jamadrou j suis bien d'accord avec toi. Sérénité... Mais quelques orages parfois nettoient le ciel de ses tourments, quelques crues refont le paysage, et le soleil ensuite ne brille que plus...
Quant à 2016, je ferai en sorte qu'il apporte la joie et le plaisir, si quelques étincelles jaillissent jusque chez toi qu'elles se joignent à ta gaité. Bonjour Jamadrou.