Rouge-gorge

Publié le 4 Mai 2014

Rouge-gorge

Il y a un grand principe de déception chez cet ami là.

Lorsque l'on s'approche de lui c'est comme si l'on se mettait au bord d'un précipice, il a l'exaltation du vide.

Je sens la vie qui palpite fort dans la poitrine du rouge-gorge qui s'est posé là de s'être heurté à la fenêtre du firmament.

Je sens qu'aucune joie ne pourra l'emporter sur sa chute, il regarde le vide comme si c'était le ciel.

C'est que quelque chose s'est brisé dans son coeur d'argile rouge, il a perdu les papiers du paradis.

Il a renoncé à ses propres ailes, et sans elle, ne vole plus.

PH.

 

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #ecrits

Commenter cet article

Promeneuse 02/07/2014 12:54

Elle reviendra lui déplier les ailes.

Carmen Atonati 19/06/2014 20:48

Rien de nouveau, Nathanaël ? Reviens nous écrire de belles choses.
Amitiés. Carmen

Carmen Atonati 02/07/2014 20:53

La nature mérite qu'on la contemple. Les mots silencieux viennent alors frôler notre conscience et on les garde au coeur de notre mémoire.... ils fleuriront plus tard ! Merci de ta visite, Nathanaël.

Nathanaël 02/07/2014 17:31

Rien et c'est bon aussi. La source coule paisiblement, je suis assis, simplement, je contemple. Rien de plus. Merci de ton passage Carmen.

Carmen Atonati 01/06/2014 20:37

Pauvre rouge-gorge si on lui enlève même la joie du vol vers le haut ou vers le bas ! Un oiseau qui ne vole plus est condamné à la mort. Se laisser tomber... peut-être que d'instinct le vol pourra le sauver ? En attendant la branche est d' une amitié fidèle... et ce petit oeil vif pourrait bien se laisser surprendre par ce qu'il n'espére plus. Un beau texte Nathanaël, je me sens proche des oiseaux... j'aime une colombe que je laisse souvent en liberté, mais je l'ai confiée à ma belle-mère triste d'avoir perdu son chat... c'est sur ses genoux qu'elle frissonne de bonheur quand mamie regarde la télé.

eva 09/05/2014 19:25

un pachiderme-libellule dont le coeur palpite à tire-d'elle...
il y a des êtres qui ne renoncent jamais aux mots, et d'autres qui préfèrent renoncer aux notes du rouge-gorge de peur de souffrir toujours plus...

Nathanaël 02/06/2014 08:44

Si la vie ne t'arrache pas le cœur, c'est que ce n'est pas la vie. C. Bobin.
Bonjour Eva.

Laurence 08/05/2014 21:46

Une force fragile et impitoyable ressort toujours de tes mots. C'est réellement émouvant ...

Nathanaël 02/06/2014 08:43

Nos cœurs d'argile, nos cœurs d'argile sont le calice de cette émotion, buvons y à pleine vie. Bonjour Laurence.

Jonas D 07/05/2014 10:25

Nous sommes toutes et tous cet oiseau fragile dont le coeur frappe tant à l'intérieur qu'il empêche parfois de s'envoler. Nous autres, la tête à l'envers, confondons souvent le vide et le ciel car tant de choses s'opposent en nous. Et puis, nous aimons tant voler... Il est vrai que sans elle... Garde les yeux sur l'horizon mon ami, c'est bien la juste frontière entre le haut et le bas.
Jonas

Nathanaël 02/06/2014 08:39

Nous aimons tant voler... Il est bien vrai mon ami Jonas.

DOR 05/05/2014 10:11

Très beau texte, la lecture est émouvante. Aider ses amis dans la difficulté est honorable mais attention tout de même à ne pas être emporté vers cette exaltation.
L'administration est, nous le savons, très longue et loin d'être simple. Refaire ses papiers lui prendra sûrement un peu de temps.

Nathanaël 05/05/2014 14:53

Chacun doit se sauver lui même nous sommes bien d'accord.
Et si la branche sur laquelle se pose, un instant ,le rouge-gorge, vibre, de la vibration du poète et continue de vibrer lors même que l'oiseau s'en est allé, c'est qu'aux racines de cet arbre là, un petit tas de caillou fait un chapelet de mots des émotions ressenties.
Cette prière là est celle de l'arbre au ciel.
Merci Dor de ton passage aux pâturages.

Cardamone 04/05/2014 22:10

Ce qui palpite si fort si intensément dans tes mots je ne sais ce que c'est mais c'est très beau, poignant.

Nathanaël 05/05/2014 14:44

Les mots sont d'argile et de papier, c'est ta lecture qui les fait palpiter. Bonjour cardamone.