L'aube fontaine

Publié le 20 Janvier 2015

Photo : offerte par une libellule passante

Photo : offerte par une libellule passante

Cette fontaine est de lumière, une aube pure.

Il est des aubes claires comme de l'eau de source, des aubes où le ciel désaltère les yeux du cœur, des aubes où l'on est translucide, où le sentiment océanique nous emporte sur sa houle lente.

C'est une joie céleste que ces aubes là.

Vêtu de son âme, paré de silence, pieds ancrés au sol, respiration ample.

Disparition du moi.

Le roc de la fontaine n'est plus que l'eau qui ruisselle. Un brin de romarin entre les pierres a trouvé son chemin de Compostelle. La vie fête sa propre disparition. Ainsi que des milliers de mots d'amour qui à chaque instant fondent en cristaux de neige, tombent en pétales de roses, s'éteignent en étoiles filantes. La vie fête sa propre renaissance.

L'aube ne nait pas , elle engendre, comme la poésie, comme la source en soi.

La vie est LE miracle.

PH.

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #ecrits

Commenter cet article

Frieda 29/01/2015 09:28

Bonjour Nathanaël,
Juste se poser....Rester près de cette fontaine
Le bruit de l'eau qui ruisselle
Comme tes mots qui décrivent bien
On est zen!
Bisous et belle journée
Frieda

Cardamone 25/01/2015 21:17

Ces aubes où l'on est joie légère et profonde, merci d'en parler si bien.

Laurence Chellali 22/01/2015 18:35

Il est effectivement des aubes si transparentes que l'on est proprement fascinés, hypnotisés. C'est ainsi, comme tu le dis, que le moi disparait pour faire corps avec la Vie. Merci Nathanaël pour ce texte splendide.

Nathanaël 23/01/2015 07:53

Merci de le partager de ton ressenti Laurence, bonjour.

Jonas D. 21/01/2015 13:15

Cette aube-là je la connais bien, elle m'a souvent traversé par le regard d'une femme, par le cri d'un oiseau, par les mots de Prévert, par tant d'images dociles, lisses comme une vitre derrière laquelle je vois cette lumière de printemps qui s'étale en chacun de nous et qu'il convient de propager. Merci Nathanaël pour ces mots de pur espoir en ces temps détestables. Amitié confirmée.
Jonas

Nathanaël 21/01/2015 19:16

Un monde où s'abriter et ne plus obéir. Un monde sans flagrant-délit. Un monde en zone-franche comme l'étaient les églises dans le temps.
Où il n'y aurait rien à redouter.
Où la beauté du cœur des femmes serait la source de la bonté des hommes.
Oui Jonas une, que dis-je, toutes les aubes enluminées de la simple joie d'être.
Espérons, espérons mon ami !

Promeneuse 20/01/2015 23:57

Le miracle de la source en Nous fait rejaillir les temps anciens. Fontaine de jouvence pour nos âmes endormies. J'aime m'abreuver à tes mots, Nathanaël, mon frère.

Nathanaël 21/01/2015 19:28

L'instant est éternel, qui de l'eau glacée de pureté, a gravé nos cœurs enflammés.
A cette fontaine là, chacun y puise son infini.
Abreuve toi libellule, Promeneuse, que chacun de tes pas te ramène à toi, ma sœur.

eva 20/01/2015 17:44

La fontaine est comme l'aube, un signe de renaissance... tout comme la poésie, et les mots de Nathanaël...

Nathanaël 21/01/2015 18:52

Ah si nous buvions à cette fontaine les mots d'aube qui en coulent, limpides et purs.
Si nous étions appauvris de toute vie matérielle sur ce chemin de Compostelle, aussi pauvres que ce buisson de romarin. Peut-être alors que tout l’arôme de nos âmes ....
Peut-être que ...
Bonsoir Eva.