Brume de feu

Publié le 3 Février 2015

Source : Géo.

Source : Géo.

Il avait des eaux lentes, profondément mêlées à la terre, aux nuages, aux racines des arbres. Le calme, la douceur, la force secrète et la vertu du silence chevillés à l'âme.

Elle était une clairière d'étonnement en lui, une crue de lumière qui perçait sa frondaison.

Elle était un feu, très dense, contenu, apte à exalter. Une lumière qui trouait la brume des songes et de la méditation.

Elle serait sa lanterne magique, il serait son flot d'images et d'émotions.

Sa main, un peu comme un second regard, désirait juste effleurer le corps de cette lumière bleutée en elle. Une caresse de brume lente, un sentiment épuré.

Elle, sa flamme dansait, tzigane, comme l'offrande d'un rire.

La dissemblance entre eux deux, magnifiait la diversité, le hasard, la brume et l'amour.

PH.

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #ecrits

Commenter cet article

Jonas D. 05/02/2015 10:23

Quand je parlais d'amour appesanti par la matière, c'est de la sensation que tu laisses planer ici que je voulais évoquer. Cette idée de l'échange, cette profonde idée, qui soudain rend chaque souffle, chaque geste, chaque intention, lumineux dans la brume. Merci Nathanaël, pour être aussi précis. Jonas

eva 04/02/2015 09:57

Le Parfait d'un amour à l'imparfait...
si parfait qu'il irradie encore...

Nathanaël 04/02/2015 18:55

Voilà Eva qui est bien dit. Imparfait oui ... Qui irradie ? aussi ! Bonsoir Eva.

Juliette 03/02/2015 11:34

Quelle inspiration Nathanaël, on se laisse porter par les images rêveuses sans s'en apercevoir ! C'est bon...

Nathanaël 04/02/2015 18:53

C'est ainsi que va aussi la plume, parfois : à vau-l'eau...Bonsoir Juliette.