Prière d'eau.

Publié le 15 Février 2015

Par une belle libellule, apportées.

Par une belle libellule, apportées.

Prière d'eau.

L'eau plus encore que les feuilles, ou les herbes, donne une leçon d'humilité, de générosité, de prodigieux oubli de soi.

Prière d'eau.

Que reste-il de l'eau limpide, céleste, de tous les paysages traversés, les villages érodés, les rivages façonnés ? De toutes les terres irriguées ?

Prière d'eau.

Un souvenir confus, moins que rien, mais cependant essentiel : la force obstinée de l'élan. Le pur désir d'aller plus avant, toujours. La splendeur du mouvement, l'en avant de soi-même.

Prière d'eau.

Au bord de cette eau dont le chant se mêle au chœur de l'oubli de soi, où il n'est plus qu'un soupir d'abandon, de consentement à l'inconnu, à l'illimité.

Prière d'eau.

Au bord de cette eau, il prie sans même le savoir, son corps est en prière, son corps est une prière. D'une totale pauvreté, d'une folle nudité.

PH.

Prière d'eau.
Prière d'eau.
Prière d'eau.

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #ecrits

Commenter cet article
C
L'homme dépose ses pensées d'eau comme autant de petits cailloux. La vraie poésie est dans la présence de tous les jours, dans la présence aux éléments, aux êtres, aux choses... en décrochement par rapport au jugement, en accueil tout simplement. Je me suis bien promenée, ici, au fil de l'eau et de tes mots.
Répondre
N
Et voici ma pensée perlée des tiens, de mots. Nous sommes en accord : le merveilleux est dans la présence au quotidien. Merci Carmen de ta lecture.
C
pensé à toi en lisant "C'est près de l'eau, c'est sur l'eau qu'on apprend à voguer sur les nuages, à nager dans le ciel" (Bachelard)
Répondre
N
Hummm que c'est beau, mais c'est Bachelard ( dont j'ai peu de souvenirs par ailleurs ! ) bonjour Cardamone.
H
Chaque mot semé ici est un rayon de lumière qui, tel une prière, trouve son chemin vers le coeur du lecteur, vers l'âme du liseur.
Merci.

Hélène*
Répondre
N
Tes pas légers, ici , tout comme tes mots qui le sont tout autant, déposent au seuil de mon cœur un battement d'ailes de libellule. Bonsoir Hélène *
J
Je vois ici s'écouler une joie tranquille de vérité qui vient de la nuit des temps, rien ne peut arrêter son cours.
Laisser s'écouler cette joie ci, vaut mille fois plus que de s'abandonner à sa tristesse.
Ne jamais faire de barrage mais construire des petits moulins entraînés par la limpidité et la pureté de ces joyeuses eaux.
Répondre
N
Voilà qui est bien dit Jamadrou. Flirter avec la tristesse mais toujours à l'eau claire ensuite se rincer ! Sourire à toi.
J
Nous sommes tous nés d'une eau limpide que la boue de nos civilisations empilées a souillé. Ce fil de l'eau syncopé de clichés choisis, agrémenté par tes mots, est un enchantement. Merci Nathanaël de nous emmener nager encore dans cette idée de pureté. Jonas
Répondre
N
Ton enchantement m'enchante si je puis dire... Cette pensée allait au fil de l'onde et a emmené quelques mots sur ma page d'eau. Merci de ta visite Ami Jonas.
C
Je rêve d'une cascade, de rayons de lumière jouant avec la magie de l'eau... Mais en attendant, aux pâturages du ciel, on sent toujours la présence d'une source vive.
Répondre
N
Oh oui une cascade, moi qui les aime tant n'en ai pas mis ici, il faut dire que la libellule n'en avait point amené. Quant à la source vive, Merci Cardamone.
E
L'eau vive est merveilleuse : jamais la même, toujours la même... unique et multiple
Répondre
N
Nous sommes bien d'accord Eva. Elle nous emporte et nous ramène....
L
étonnamment, plus que voir l'eau ici dans les photographies et dans le texte, je l'entend ! Merci pour cette belle mélodie :)
Répondre
N
Et tous les sens en éveil... La ritournelle de l'onde susurre bien des choses il est vrai, souvent si douce, si balsamique. Bonsoir Laurence.
J
Où l'on voit dans ton écriture que c'est le regard qui rend belle, la chose regardée...
Répondre
N
L'inverse n'est pas totalement faux non plus ... Bonsoir Juliette.