Un ver de vain

Publié le 4 Août 2015

Un ver de vain

"Aller de l'avant" c'est vivre dit-on ... Oui mais je vis au bord de la falaise...

C'est un peu comme pour le trèfle à quatre-feuilles, lui sa chance...

c'est quand on ne le trouve pas !

Alors "aller de l'avant" !

Merci du conseil, ça va pour ceux qui donnent des leçons de leur canapé ça !

Certes le kangourou lui a une vie pleine de rebondissements, mais moi pachyderme aux ailes de libellules naissantes... Comment vous dire ?

Le train arrive sans crier gare et le temps doit avoir quelque chose à se reprocher pour s'enfuir si vite, c'est pourquoi les falaises me poursuivent.

Toujours là, en une sorte d'ordalie tentatrice.

Cette envie de s’engouffrer dans les portes " sortie de secours " ...

L'amour, nous sauve de tout... Certes : deux illusions, le temps d'une vérité provisoire.

Un conte à rebours !

Un intervalle entre le chagrin de la vie solitaire et le désespoir de la séparation.

J'ai le vin acide ce soir.

Un peu comme une strip-teaseuse qui le matin devant son armoire se dirait " je n'ai rien à me mettre " !

Ah ah ah tant de matières : oreiller de plume, sommeil de plomb et demain gueule de bois !

Hier j'écrivais sur les arbres et mon église n'a qu'eux comme voute.

Et ce soir je me demande qui a décidé d'enterrer les vers, tout en sirotant les miens, de verres... De vin, devin : la vie c'est naviguer d'iles en iles, d'elles en elles.

De verres en ver aussi, puisque vivre c'est préparer le repas de ceux-là !

Cioran acidifie et dépouille. Bobin rhabille le cœur de tulle sacré.

Mon cœur cogne et mon âme va porter plainte, à la " librellule " , Odonatoptère de son savant nom, et non pas moins carnassière.

S'imaginent-elles d'ailleurs, les roses... Que leur parfum les absout de leurs épines ?

Mais il est vrai que les oursins ne se laissent pas marcher sur les pieds.

Ma pensée vague ovin.

Et je bêle que tu le sois tant, belle. Et loin. Tant d'années. Tant damné.

Je vais aller lire pour ne pas m'entendre penser.

Un ver de vain et ça ira mieux demain.

Pas moi.

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #ecrits

Commenter cet article

Cardamone 05/10/2015 16:52

Beaucoup de mal à me mettre devant l'ordi - et ta "rareté" ne m'y incite pas non plus!! Est-ce que l'envie m'en reviendra avec l'hiver? - Le feu de cheminée me tenterait bien aussi...

Cardamone 03/10/2015 16:18

Sous le charme pachyderment libellulesque de ces mots de-vin acide
Salut Nathanaël, porte-toi bien!

Nathanaël 03/10/2015 18:20

Cela m'apprendra à boire une mauvaise bouteille ! Je devrais m'en tenir aux cascades ce sont des débits de boissons qui ne servent que de l'eau... Bonsoir Cardamone, nous nous faisons rares les uns et les autres ...

Jonas D. 01/10/2015 12:20

Je lis très tard ce billet... Beaucoup de douleur dans tes mots éclairés par la brillante intelligence qui te caractérise. Mais le ver dans le fruit (confit) qui couvre ces ailes transparentes qui te démangent tant finira par prendre son vol. Courage mon ami, les âmes comme les nôtres sont peintes aux couleurs d'un siècle passé. Pour demain un autre jour, une autre vie. Que Bacchus entende cela, pour que ces mots ne restent pas vins. Jonas.

Nathanaël 03/10/2015 18:27

Ah mon ami Jonas, la bouteille était mauvaise ce soir là et les mots de tessons par suite.
Quant au cafard : contempler le vol du bourdon me l'enlève !
Heureusement le jour cicatrise la nuit et la nostalgie ( cette machine à ne pas pouvoir remonter le temps ).
Il faudrait vivre sans s'attacher à rien, n'est ce pas ? Même pas à cette idée d'ailleurs !
Je te salue bien amicalement, bonjour Jonas.

eva 06/08/2015 09:52

J'ai un ami très cher qui dit obstinément "oui, mais la vie est belle, quand même, et malgré tout" ! Alors, au diable tout ! et buvons !...
J'ai une attirance spéciale pour les falaises... et moi aussi, je suis au bord du rien... Tout au bord... Que dire de ceux (ou celles) qui nous laissent ? Sinon qu'ils ne nous méritaient pas...
"Je te dirai l'instant, Nathanaël..."

Nathanaël 06/08/2015 10:03

Cet ami est un bon ami et il a bien raison.
Quant aux falaises c'est souvent là que le terre se suicide dans le vide ou... Vu dans l'autre sens c'est là que le vide accoste à l'ile de la terre ?
Continuons toujours et encore , le meilleur est à venir.
Bonjour Eva.

jamadrou 06/08/2015 08:01

Amer tue Me...
ne jamais boire un amer le soir.

Nathanaël 06/08/2015 09:59

Je saurai m'en souvenir, et boirai tout de même !
Toujours à l'avinture...
Bonjour Jamadrou

Nathalie 05/08/2015 10:40

Pas si vain car le ver est plein d'esprit ! Et j'ai bien souris merci pour cela Nathanaël .

Nathanaël 05/08/2015 15:16

le ver est plein d'esprit dis-tu ou plutôt le ver est dans l'esprit, était, à cause du vain.
Le vain, le vin, levain, si peu de lettres changent tant.
Merci Nathalie de ton passage du coté obscur des pâturages. Bien le bonjour.