Ensemble

Publié le 21 Novembre 2015

empruntée à la toile

empruntée à la toile

Une vaste douleur nourrit ces jours.

Allez viens, approche, tu as une larme au coin du cœur.

Viens là, que d'un câlin, je l'essuie, que je te fasse un "bisou qui guérit tout".

Viens, dans mes bras, que l'on partage notre humanité.

Viens tout contre moi, que je puisse croire, encore te protéger.

*

Tous ces fous de Dieu, ces barbares d’Allah, ces minables enténébrés ont jeté l'hiver et la nuit dans nos rues.

Tous ces envieux, ces haineux, ces rabougris du cerveau au cœur de néant , ont jeté le fracas et l'horreur dans nos villes.

*

Toutes ces vies ôtées, ces voix éteintes, ces visages disparus, ces baisers plus jamais donnés.

Où aller, que faire, que dire...

Comment arracher le bâillon de la stupéfaction ?

Face à ceux qui trouvent une jouissance à arracher des vies, à déchiqueter de métal brulant de haine des destinées humaines.

*

Allez viens, donne moi ta main que l'on se désespère ensemble de cette humanité là.

Viens il y a encore tant à vivre, à rire, à pleurer, ensemble.

Espérons...

PH.

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #ecrits

Commenter cet article

Jonas D. 29/11/2015 10:00

Cette main tendue je la prends, car oui il y a encore à apprendre à vivre ensemble. Merci Nathanaël pour cette poésie bien placée qui nous rappelle que l'amour doit l'emporter sur les ténèbres qui ne sont que lumière bousculée. Amitié fraternelle. Jonas

Nathanaël 29/11/2015 17:33

Oui les ténèbres sont bien l'ombre de la lumière, mais de si grnades ombres parfois pour une si petite flamme. Donnons nous la main pour une chaine fraternelle qui emprisonne l'absurdité et la méchanceté, l'ignorance et la peur, fléaux de notre humanité. Frère Jonas bonjour.

jamadrou 27/11/2015 18:40

Dans tes pâturages Nathanaël
Tu chuchotes un appel
Plutôt que de crier
Ta colère exacerbée.
Tu fredonnes une berceuse
Celle d'une aube heureuse
Où la tendresse
Telle une compresse
Soignerait de douceur
Toute l'humanité
Arroserait le monde
De pureté.
Tu sais qu'un membre
Non irrigué
Gangrène
L'âme et le cœur
D'une communauté.
Tu sais qu'inlassablement
Chaque matin
Trouver la beauté, la source claire
Celle qui fertilise et donne l'espoir
C'est combler bras et cœur
C'est serrer tendrement
C'est embrasser du regard
C'est entendre et donner à écouter
La berceuse de la Terre
C'est offrir à la jeunesse
L'éternité pour savoir aimer.

Nathanaël 29/11/2015 17:37

Je murmure et tu m'as entendu... tu m'as répondu d'un chant qui enlace et réconforte, merci Jamadrou et tu as raison cherchons la beauté , tournons notre regard vers l'est !

Hélène* 23/11/2015 17:41

Ouvrons donc, encore et toujours davantage, nos coeurs et nos yeux afin de redorer l'image de l'humain!
Hélène*

Nathanaël 23/11/2015 18:23

Ravivons nos cœurs. Rions sous nos larmes. Une vie de pétale, si vite déchirée par ces indélicats... Ils ne savent que tuer, ils ne savent pas vivre ! Bonsoir Hélène* merci de ton passage aux pâturages.

juliette 21/11/2015 15:54

Oui Nathanaël , c'est bien d'humanité, de tendresse, de réconfort dont nous avons tous besoin. Ce qu’offrent tes doux mots. Merci.

Nathanaël 23/11/2015 18:24

Bonsoir Juliette. Tant besoin.
Un quotidien de gestes simples, précautionneux envers chacun.