Lecture

Publié le 25 Janvier 2016

Lecture

Avant de commencer un livre j'ai toujours une pensée pour celui qui l'a écrit.

Je me dis qu'il a pesé chaque mot, que chaque pensée a mis son temps à s'exprimer, que ce soit des années ou qu'elle rejaillisse, soudain, comme une source souterraine.

Je sais les heures qu'il a passé, les conquêtes et les défaites des mots, des idées. J'imagine l'oubli de soi. Le gout du partage, le don.

Avant de commencer un livre, j'espère toujours une rencontre.

PH.

Merci JPT pour Annie Ernaux. Les premières pages sont une chaleureuse poignée de main.

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #regards

Commenter cet article

Jean-Pierre Tondini 06/02/2016 11:27

Tant mieux, j'en suis ravi. mais je n'ai fais que le lien... J'aime beaucoup ce que tu écris à propos des auteur(e)s. Aussi effacés soient-ils (du monde de l'édition), toutes et tous ont un diviseur commun : le don d'une partie de soi. Parfois cela est assimilé à de la vanité... Pour certaines ou certains peut-être, je ne jugerai pas. Mais dans l'ensemble, celle ou celui qui écrit, le fait avec coeur et parce qu'il a quelque chose en partage. Et ce partage commence par une rencontre. De la même manière que je t'ai rencontré, toi et quelques autres... Cela me remplit, cela nous comble. Alors merci mon cher Nathanaël de leur rendre hommage, de nous rendre hommage. Amitiés jusqu'au fond des mots. JPT

Nathanaël 06/02/2016 18:18

Il me semble qu'un de tes livres commence par la phrase d'Eluard que nous aimons tous deux " il n'y a ... rencontres " . Les pâturages ont quasiment vu le jour sous ta lecture bienveillante et je t'en suis reconnaissant, car ce don de moi... Nous nous raconterons cela un soir autour d'un verre ambré. Que mes mots te serrent chaleureusement la poigne ! Amitié partagée. Philippe.