Herbes folles

Publié le 27 Mars 2016

Herbes folles

Quelques herbes folles,

au vent des souvenirs,

s'agitent languissantes,

en mon âme intemporelle.

*

Le corps se ruine;

pourtant sans douleur,

il se penche ramasser,

quelque monnaie éculée,

quelque sou épuisé,

d'un jadis resplendissant,

cependant que s'entend,

au loin,

le froissement soyeux,

d'une légère robe d'été,

sur un tendre sein frémissant.

*

Tes vingt ans mon amour,

vivent en moi,

comme au premier jour.

*

Le poète se promène,

qui ne peut rien oublier,

écrin immuable,

de tes jeunes années.

PH.

 

 

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #ecrits

Commenter cet article

juliette 27/03/2016 19:54

J'aime beaucoup beaucoup...