Un chemin perdu.

Publié le 8 Avril 2018

Un chemin perdu.

Un chemin fatigué du monde.

*

Un chemin qui s'éloigne,

cherche un coin tranquille,

emmenant quelques herbes folles,

dansant sur son dos.

*

Un chemin qui mène,

une vie buissonnière.

*

Un chemin où,

il n'y a ni bergers, ni viticulteurs,

encore moins d'agriculteurs.

Simplement quelque âme sensible, recherchant le simple.

*

Longeant certainement,

quelques eaux

au murmure cristallin.

*

Quelques fleurs bucoliques errent par là.

Leur couleur peut rendre la vue.

Le silence des fleurs,

est tissé de mots,

chuchotés au regard.

*

Les cailloux,

qui roulent sous le pas,

ont déposé les armes.

Moines errants.

*

Un linge frais d'ombre,

chaque arbre croisé,

l'offrant inlassablement.

*

Un brin d'air,

comme un brin de la musique de Bach,

engendre un frisson,

ondule alentour,

chaque buisson.

*

Des abeilles sur le jaune pissenlit,

une poire confite qui,

retourne,

à la terre,

un tas de cailloux,

offrant un trône démuni,

pour contempler au loin.

*

Le simple est inépuisable.

*

Un chemin perdu.

PH.

 

 

 

 

 

 

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #Ecrits

Commenter cet article
M
Tant que l'on est capable de greffer des ailes de papillon à un éléphant, simplement, tous les chemins nous mèneront à la lumière. <br /> Bon jour, ami du sud.
Répondre
J
Le chemin à parcourir doit rester imprévisible; <br /> ne rien prévoir sur notre route ne rien attendre sinon l'inattendu.<br /> Avancer en poésie, remercier cette ressource pulsée qui la fera naître libre comme herbe folle, <br /> cette herbe qui pousse au centre de l'instant.<br /> Avancer en poésie celle qui sert à nos métamorphoses.<br /> Ecouter les bruissements "d'aile"...
Répondre
C
Merci de l’avoir retrouvé pour nous, ce beau chemin perdu, merci pour ce brin d’air et son frisson Nathanaël.
Répondre