Aujourd'hui

Publié le 17 Janvier 2013

perso.

perso.

Le ciel très bas, presque couché, d'un gris minéral, obèse, pèse sur la mer d'un sombre bleu porcelaine. Quelques nuages trainent leur peine, silencieux, ronds et gras.

Là, deux ou trois mouettes perdues, d'un blanc miraculeux, tracent de lents enlacements au vent, d'où jaillissent de parcimonieux miroitements étincelants.

C'est un temps à vivre de poésie, un temps à être indigent, à n'avoir l'aumône que de quelques mots en poche, puis les esquisser sur le sable d'un vague à l'âme-désordonnée, que la mer effacera de la grâce d'un déhanchement nonchalant.

PH.

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #ecrits

Commenter cet article
L
Et bien moi qui vient de quelques articles plus haut, c'est encore une autre matinée Nathanaël ! Joliment poétique.
Répondre
E
Un sentiment d'oppression puis tout s'éclaire et un rien peut tout changer d'un coup... Un beau rêve que celui de vivre que de mots, merci Nathanaël
Répondre
N
Esclarmonde, le plaisir est pour moi !
C
Merci pour cette "aumône" - et de savoir rendre si beau le vague à l'âme. Porte-toi bien.
Répondre
N
Merci Cardamone, je découvre votre site avec enchantement !
F
Pas de newsletters?
J'aurais aimé m'abonner à vos mots écrits
Je reviendrais
Frieda
Répondre
N
Bienvenue Frieda aux Pâturages, bien loin de chez vous là-bas...

Pour suivre les articles il faut s'abonner par le " suivez moi " en bleu sous les photo des articles, http://paturages-du-ciel.overblog.com/rss ou par ce lien, mais il ne fonctionne pas avec notamment Google chrome.
A bientôt.
F
Bonjour Nathanaël
J'ai suivi ton lien jusqu'ici
Quand le cil est gris, la nature perd
un peu de sa majestueuse beauté
Je suis ravie de découvrir ton univers en poésie
Merci à Jonas
Bonne journée Nathanaël
Frieda
Répondre
E
oui, y'a des jours comme ça où le ciel est si bas qu'on ne vivrait que de poésie et de mots qui s'effacent... Jours gris et lourds, nuits d'insomnie :)
Répondre
N
Oui et ce ne sont pas nécessairement de mauvais jours, si l'on a le temps, le temps de les laisser couler, ou sombrer c'est selon ...
Merci Eva, amitiés.
N
Bonsoir Nathanaël !
Quelles belles vagues ! Vague d'eau, vague à l'âme... J'aimerais voir la mer aujourd'hui.
Bises, belle soirée à toi
Répondre
N
Hey mon amie Naïs'... La mer oui, mais tout est de blancheur et de pureté chez toi je suis sûr en ce moment, de silence ouaté par la neige non ?
Bonne journée au chaud...
H
Sur le gris s'étalent les nuances de la vie.

Hélène*
Répondre
N
Ce qui est mieux que l'inverse. Joli Hélène* !
L
Un vague à l'âme - une vague animée - une vague impression de tristesse ... Tes textes sont toujours aussi doux !
Répondre
N
Des textes doux quand la vie l'est moins ... Plutôt flipper la vie depuis quelques semaines !
La baieta Laurence.
C
Une vague de régime a déferlé après les premières lignes de cet écrit, favorisant le beau "déhanchement" de la mer... (sourire)

Merveilleux instant de poésie, suscité par cette très agréable photo.

Bravo et merci Nathanaël...

Cathy
Répondre
N
@ Cathy Ah ah ah Cathy votre association d'idée laisse à penser que les fêtes furent excellentes... Tant mieux. Merci de votre passage aux pâturages.
@ Yves , Merci de cette appréciation.
Y
C'est très beau.
J
Tu portes la poésie en toi, Nathanaël, elle te nourrit, elle te couve, elle te protège et t'emmène. Jaloux, je suis de ce que la mer te livre aujourd'hui, de ces images que ta plume rend gracieuses. Je n'ai pour consolation que le blanc de mes collines qui s'encanaillent avec le ciel de lait. Improbable frontière. Amitiés.
Jonas
Répondre
N
Oui Jonas... Mais n'est ce pas la poésie qui nous porte en elle ? Nous aime et nous délaisse ? Un subtil mélange des deux certainement, le propos m'interpelle... A suivre. Improbable frontière convient ici aussi... Amitiés partagées.
J
Bonjour Nathanël, pardonnez mon absence, comme vous à ce que je lis ("partie gratuite"), j'ai droit à la mienne en ce moment de partie et " insert a coin " il y a toujours...
Je passais vous lire de temps en temps mais ne prenais pas celui d'un commentaire. J'en aimerais bien une comme celle que vous décrivez ci dessus de journée de poésie ! vous aussi non ?
elle est dessinée de beaux mots, je m'y glisse un instant... Merci, Juliette.
Répondre
N
Oui moi aussi, une journée comme cela et pas seulement le temps de son écriture ... Une écriture de compensation !
A bientôt Juliette, vous m'avez manqué.