Café - 5:45

Publié le 28 Janvier 2013

Photo: Gilles Rémus.

Photo: Gilles Rémus.

Café du matin, pensées en chemin...

Il faudrait pratiquer le doute en extrême et moyenne raison, qu'il soit à la connaissance ce que la connaissance est au Tout.

...L'horizon, est sombre, lourd, funeste, fort d'une nuit de peu de sommeil, arrogant de certitude.

Il faudrait extirper de soi l'idée du mérite, mais il y a là un achoppement de l'esprit.

...Le soleil s'annonce de quelque tentative timide, au delà, délicat.

Je crois que l'on est jamais, jamais abandonné, jamais. Défait dans le manque, l'amour, l'amitié, la colère, l'incompréhension, mais si l'on a été une fois, une seule fois sincèrement aimé, alors on est jamais abandonné.

...Soudain, un évanouissement en plein ciel de lumière, l'obscurité fuit, les nuages se résorbent, renonçant à la pluie grincheuse, et le soleil qui se réjouit.

Une telle nouveauté, chaque jour renouvelée, doit nous trouver tout entier disponible.

...Et des écumes dorées restent au bout des branches, dont la rosée fait des écrins étincelants.

Instant, instantané de la vie, tout le passé y meurt et toutes les aubes peuvent advenir. Une gorgée de café, il faut y aller !

PH.

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #ecrits

Commenter cet article
J
Moi qui suis adepte du thé matinal, je respire ce café qui te parle du jour naissant et du potentiel inouï qu'il dégage. Je noterai peut-être -avec une certaine convoitise, je l'admets- que ledit café bénéficierait d'un supplément de substance qui colorerait le soleil et son lever en une équatoriale peinture. C'est en se plongeant sans maillot dans la toile, comme au premier jour, qu'on y découvre les abîmes essentiels de cet amour que tu évoques et qui flotte, pour le temps de notre vie ici, sur nos coeurs d'amants remerciés. Amitiés pour cela aussi.
Jonas
Répondre
N
Avec toi c'est café-tartines ! Et c'est encore meilleur... Sourire.
Un supplément de substance à jeun ? Va pour la prochaine fois.
Content de te retrouver parmi nous Jonas !
C
C'est vrai le café du matin c'est comme un temps de méditation, un entre-deux où les voix s'entremêlent en nous... Beau moment pour pratiquer le doute.
Répondre
N
Parfois c'est le doute qui me pratique... La vérité est un chemin, simplement le chemin. Sans fin, mais parsemé de quelques cafés... Ouf ! Bonsoir Cardamone .
N
Bonsoir Nathanaël !
Que de philosophie pour commencer la journée... Dur dur pour la tête, heureusement il y a le café !
J'aime l'idée de ne jamais être abandonné quand on a été aimé, c'est très romantique.
Bises, belle soirée
Répondre
N
Heureusement il y a le café... Bonsoir Naïs, jamais abandonné si l'on a été sincèrement aimé, oui jamais .
H
Une photo, presque un bijou.
Et les mots du diamantaire.

Hélène*
Répondre
N
Merci Hélène*, venant de vous, orfèvre , à moi qui ne suis qu'orpailleur... Je suis ... Enfin...tout... Bon bref quoi ! Satané égo !
E
oui, bien sûr, le café réparateur, ça aide bien à ne pas se sentir abandonné !
Répondre
N
Ah ah ah c'était un café drôlement concentré, pour torréfier ces idées là !
Merci Eva.
F
J'aime quand tu es dans cette disponibilité, là est le chemin de l'acceptation et de la paix.
Répondre
N
Oui ma Fidji, que l'on me laisse du temps...La disponibilité c'est un rythme aussi.
J
Je bloque sur l'idée de supprimer le mérite... et alors que faire de l'effort ? Et puis tout le monde serait pareil ?
J'aime, je préfère les images de cette aube naissante.
Merci Nathanaël.
Répondre
N
Ou Cioran ?
N
Je crois avoir pioché le sel de cette réflexion chez Gide , peut être bien ?
N
Bonsoir Jacques, c'est vrai que cela rameute l'idée de l'effort . Et puis de la récompense et de la punition et par conséquent d'un système de pensée soumis. Inféodé . Et c'est ce : désaliéner, ce : s'affranchir qui fait un croche-pied à notre esprit ... Non ?
L
Ça c'est du réveil en fanfare de pensées... Bonne journée Nathanaël.
Répondre
N
Point de fanfare, trop de tintamarre ! Juste quelques pensées effilochées tandis que le soleil se levait et mon café je sirotais. J'ai si peu de temps en ce moment.
Bises Lau. Merci de ton passage.