Dépouillé.

Publié le 17 Novembre 2012

Photo: Arton - Spectacle de danse de Hiroaki Umeda .

Photo: Arton - Spectacle de danse de Hiroaki Umeda .

Celui qui a eu à vivre la mort à soi même, celui à qui la vie a arraché le coeur comme le dit si bien C. Bobin, a été dépouillé .

Dans ce mal, il y a un bien immense.

Il a été désencombré, démuni, dépiauté, exproprié, appauvri, dénudé ... De ses fantasmes, de ses illusions, de ses cultes, prétentions, ambitions, simagrées du moi.

Il est pauvre de lui , et par là même enrichi.

Il est alors simple, de coté, dans l'angle, dans le silence. Il aime la solitude, se tient au contact de lui même, à l'écoute de sa nécessité.

Après s'être éprouvé, il ne craint plus le non-vouloir, l'abandon, l'impuissance il la sait.

Les limites sont abolies, repoussées pour le moins, il est reployé sur son centre et d'autant ouvert sur les autres, il est sur-vivant et la vie alors qui sur-abonde le submerge d'un amour sans raison .

PH.

Il faut que la vie nous arrache le cœur, sinon ce n'est pas la vie.

C. Bobin - Carnet du soleil.

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #ecrits

Commenter cet article
J
... (je continue, maladresse...) dans nos corps ? J'aime cette phrase de Bobin qu'il va me falloir visiter un jour avec sérénité. La photo d'illustration me comble. Merci pour cet excellent article, bien mené et fort bienvenu. Amitiés.
Jonas
Répondre
N
Le moi a effectivement une puissante force de résistance à être dépiauté ! Tu as raison.
Amitiés Jonas.
J
C'est d'une implacable justesse. Mais est-on prêt au dépouillement total de soi. Ne garde-t-on pas par terreur cette réserve liée au sentiment de survie intégré d
Répondre
N
Bonsoir Nathanaël,
Je crois comprendre qu'il faut se perdre un peu pour mieux se trouver... Mais peut-être que la fatigue me joue des tours !
Bises, bonne soirée
Répondre
N
Chacun fait bien comme il veut, et surtout comme il peut, il y a toujours une histoire Nais'...
Passez une belle journée.
F
Oui juste oui , je ressens ça ... ce texte est beau !
Répondre
N
La vie est belle, merci Fanny.
J
... J'ai ressenti cela quelques fois : ce sentiment d'amour universel , mais je suis éloignée de mon centre, je le sais. Ce texte contient une force ... Moi aussi je vais le conserver si vous me le permettez Nathanaël.
Répondre
N
Merci Juliette.
L
Tout est dit. Comme Jeanne, je conserverai ce texte essentiel.
Répondre
N
Merci Louv' , à bientôt.
E
Je comprend ce joli texte comme étant le fait que celui qui connaît le vrai malheur relativise du coup énormément de choses, les petites tracasseries par exemple, du coup la résilience lui est possible. J'espère que mon interprétation est la bonne :) bonne soirée
Répondre
N
Oui Esclarmonde, résilience, dépassement, j'aime cette idée que certains problèmes ne se résolvent pas ils se dépassent ! Merci de votre passage aux pâturages.
J
Le souffle coupé de lire ce qui ne peut me toucher plus exactement maintenant. Incapacité d'en dire plus. Une impression: on se revêt rapidement à nouveau de ce dont on s'était dépouillé... mais le souvenir reste et lorsque ce dépouillement est rappelé en de tels termes avec une telle sensibilité, il est plus simple d'y revenir. Un texte essentiel que je vais garder précieusement. Merci!
Répondre
N
J'ai ressenti la profondeur de votre belle sensibilité que vous avez bien voulu partager, je suis heureux que cette pensée vous soit un réconfort. Belle journée à vous
L
Bonsoir Nathanaël , je met Lau car j'ai vu qu'il y avait une autre Laurence qui visitait ton blog ( Non mais !!! ) Une photographe qui a un beau site ( oui j'ai fait ma curieuse ) Bref c'est Lau. c'est moi ...
Très beau texte , j'ai d'abord cru que c'était Bobin ( je te suis tellement reconnaissante, merci ) car j'avais lu directement en bas ... Ceci est un compliment! Bon je continue ma farfouille.
Répondre
N
Bonjour " Lau ", je ne sais toujours pas comment tu m'as trouvé ?
Je vais remonter le fil de tes comm's.
Heureux de ta venue.