Racines...

Publié le 5 Janvier 2015

Photo: Sylvain lagarde.

Photo: Sylvain lagarde.

Les feuilles font une farandole au vent, les feuilles dansent, les feuilles n'ont jamais aucun sens, comme les mots, et c'est beau.

Les branches font leur girouette au vent, leur pirouette à la tempête.

Le tronc lui même oscille au vent , il dit oui, il dit non, il fait selon.

Mais les racines...

Les racines...C'est l'envers du monde, les racines, elles scellent la terre, juste les racines et les montagnes qui ancrent le monde à l'univers.

Les racines sont dans la vraie lumière, celle du silence immuable, de la pénombre du dedans.

Les racines... Elles font une chambre crépusculaire, un silence austère, un creux, un manque où se lover, un rien à l'abri de tout, c'est tout un rien, ça change une vie un rien.

Les racines... La sève brute se prend à la pleine terre, j'y dépose ce que je sais de mon secret, livre mes lèvres à cette source où s'apaise et grandit la soif.

C'est au creux des racines que germe l'inaudible.*

Un chapelet de cailloux y égrène mon attente de toi.

PH.

* : http://paturages-du-ciel.overblog.com/l-arbre

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #ecrits

Commenter cet article
J
Il y a tant de force dans ce texte, tant de force que le temps qui passe n'atteint pas. Les racines, la sève, le passé, demain, on parle d'illusions ? Nous n'avons jamais été autant vivants. Merci pour ce texte deux fois apprécié. Amitié.
Jonas
Répondre
P
Il ya de la puissance dans ce texte, et puis un mélange de légèreté les feuilles et de profondeur les racines, enfin je le vois comme ça. Joli texte Nathanaël !
Répondre
N
Légèreté et profondeur, je suis pachyderme aux ailes de libellule ! un vrai pandémonium...
J
Les racines c'est tout cela et au-delà ; c'est le système nerveux de la terre et celui des peuples qui tracent chemin pour se rencontrer. Merci pour ce texte profond et inspiré où ta réalité poétique efface la réalité des hommes.
Jonas
Répondre
N
Merci Jonas . Merci vraiment .
J
Les racines... ne serait-ce pas ce que les anges perçoivent comme le sommet de l'arbre? Ou alors l'inverse... "Vues des Anges, les cimes des arbres peut-être / sont des racines, buvant les cieux; / et dans le sol, les profondes racines d'un hêtre / leur semblent des faîtes silencieux. / Pour eux, la terre, n'est-elle point transparente / en face d'un ciel, plein comme un corps? / Cette terre ardente, où se lamente / auprès des sources l'oubli des morts." Rilke, Vergers.
Répondre
N
Oui ! Même si j'ai une réticence envers les anges ... un point de vue, un angle qui met la tête à l'envers, et puis Rilke ! D'ailleurs je le glisse avant mon article suivant, merci Jeanne.
E
Sans racines, pas d'envol de feuilles... tout y est lié et ce qui est souterrain soutiens ce qui est à l'air libre. Merci pour ces jolis mots, passe un bon week-end
Répondre
N
Merci Esclarmonde de passer de tes boisages à mes pâturages , passe une bonne soirée aussi !
E
diable ! j'ai enfin découvert où se cache la porte des commentaires !
"c'est au creux des racines que germe l'inaudible"... comme tu as raison Nathanaël... et comme j'aime ces vers libres, libres et pleins, si pleins de sens, dont chaque mot vaut son pesant d'amour et sa légèreté de poésie...
Répondre
N
Eva ! Je vais rougir ...
F
Et s'ancrer à défaut du vol ...
Répondre
N
Fidji, une ile qui s'ancrerait bien , lasse de voguer sur l'amère mer ...
Quant à s'ancrer ou s'envoler c'est tout le dilemme du pachyderme aux ailes de libellule naissantes ...Heureux de te recueillir ici ma Fidji .
N
Bonsoir Nathanaël,
J'ai l'impression que mes commentaires ne fonctionnent pas... J'ai essayé au moins dix fois et rien n'y fait !
Dernier essai :
Ce texte est très beau, pas d'histoire mais que d'images ! C'est du talent ! Que serions-nous sans nos racines ?
Bises et bonne soirée !
Répondre
N
Il y a toujours une histoire, toujours... Bonjour Nais' heureux de vous revoir ici.
J
Je suis allée relire "L'arbre" que j'avais vu en son temps, je sens le cheminement de l'inaudible, "un chapelet de cailloux... " j'aime cette image .
Répondre
N
Juliette on se comprend !
F
Comme c'est beau, mais comme c'est beau, je sens le mouvement, le vent, l'ambivalence à l'extérieur et une force intérieure ... Merci Nathanaël.
Répondre
N
Merci Fanny content que ça vous plaise .