Articles avec #textes tag

Publié le 9 Octobre 2012

Photo: ?

Photo: ?

J'aime l'inadapté.

J'aime l'inadapté qui surgit dans l'ordre des choses, rompt la monotonie, ébrèche la norme, questionne l'ennui, parfois suscite l'envie.

PH.

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #textes

Publié le 9 Octobre 2012

Photo: Mickaël Le Gall.

Photo: Mickaël Le Gall.

J'aime les chapelles, les églises, encore de ces lieux où silence et solitude ont leur place.

Il y a cette pénombre des vitraux, ni lumière, ni noirceur, laissant à l'ombre la part belle.

Il y a la pierre séculaire qui rappelle par sa froideur le temps inéluctable.

Il y a de la hauteur, qui nous fait petit dans le recueillement.

Il y a quelques mémés qui bretonnent leur chapelet.

Il y a la pièce qui fait une étincelle sonore, tombant dans le fond du tronc.

Il y a le chuchotement lumineux des cierges qui, suçotent l'obscurité obstinée du collatéral.

Il y a aussi cette fragance d'encens, thuriféraire de notre odorat, sens instinctif de l'Autre.

J'aime les églises sans liturgie, où quelques moineaux célestes picorent trois miettes d'ostie, s'ébrouent dans le bénitier puis s'en vont pépier ailleurs.

PH.

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #textes

Publié le 6 Octobre 2012

Dora Maar par Leonor fini, 1936.

Dora Maar par Leonor fini, 1936.

Lignes pures, ogivales , sous tendues de ton exigence,

fondation de la nef , d'une mâchoire assurée,

d'un menton absidial,

sensibilité à fleur d'ailes de nez, collatéral frémissant,

le transept de ta bouche, signé d'une trace d'amertume par Diogène de Sinope, juste à la commissure de ces lèvres ...

Irrévélé , le vitrail de ton regard, chœur dérobé,

Et ce grand front , déambulatoire de ton âme.

Architecture sublime .

Du revers de ma main ,lentement, je l'incarne, d'une douce caresse.

PH.

Spéciale dédicace à une promeneuse.

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #textes

Publié le 4 Octobre 2012

photo:?

photo:?

Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage,

Et la mer est amère, et l'amour est amer,

L'on s'abîme en l'amour aussi bien qu'en la mer,

Car la mer et l'amour ne sont point sans orage.

Celui qui craint les eaux qu'il demeure au rivage,

Celui qui craint les maux qu'on souffre pour aimer,

Qu'il ne se laisse pas à l'amour enflammer,

Et tous deux ils seront sans hasard de naufrage.

La mère de l'amour eut la mer pour berceau,

Le feu sort de l'amour, sa mère sort de l'eau,

Mais l'eau contre ce feu ne peut fournir des armes.

Si l'eau pouvait éteindre un brasier amoureux,

Ton amour qui me brûle est si fort douloureux,

Que j'eusse éteint son feu de la mer de mes larmes.

Pierre de Marbeuf - À Philis -

Spéciale dédicace à une soeur...

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #textes

Publié le 4 Octobre 2012

Photo : André Kertész

Photo : André Kertész

J'ai cherché dans tout l'univers le repos et je ne l'ai trouvé nulle part ailleurs que dans un coin avec un livre.

Pascal Quignard - Les ombres errantes -

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #textes

Publié le 4 Octobre 2012

inconnu

inconnu

Un amour au-delà de l’amour,

plus haut que le rite du lien,

au-delà du jeu sinistre

de la solitude et de la compagnie.

Un amour qui n’ait pas à revenir,

mais non plus à s’en aller.

Un amour non soumis

aux frénésies d’aller et venir,

d’être éveillés ou endormis,

d’appeler ou de se taire.

Un amour pour être ensemble

ou pour ne l’être pas,

mais aussi pour tous les états intermédiaires.

Un amour qui serait comme ouvrir les yeux,

Et peut-être aussi comme les fermer.

Roberto Juarróz - (Un amor más allá del amor) -

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #textes

Publié le 29 Septembre 2012

Hypnose binaire

Malheur à qui a connu l'invisible et les lettres, les ombres des anciens, le silence, la vie secrète, le règne inutile des arts inutiles, l'individualité et l'amour, le temps et les plaisirs, la nature et la joie, qui ne sont rien de ce qui s'échange et qui constituent la part obscure de la marchandise.

Chaque oeuvre d'art peut se définir : ce qui électrocute cette lumière. Chaque phrase dès l'instant où elle est écrite peut se définir : ce qui fait sauter l'écran où se montre le visage de plus en plus vague d'une classe unique d'animaux vivipares fascinés.

Le destin de ceux qui usent du langage n'a pas toujours été l'hypnose.

Pascal Quignard - Vie secrète -

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #textes

Publié le 29 Septembre 2012

Illustration : je recherche ...

Illustration : je recherche ...

J'ai appris à vivre, pour ainsi dire, avec l'idée que je ne trouverais jamais la paix ni le bonheur.

Mais tant que je sais qu'il y a une chance assez bonne de mettre la main sur l'un ou l'autre de temps en temps, je ferai de mon mieux entre les grands moments.

Hunter S. Thompson.

( Préambule à "Zone érogène" de Djian )

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #textes

Publié le 25 Septembre 2012

Auteur : inconnu

Auteur : inconnu

Car c'est mon honneur, ma douceur,

ma force, ma tendresse, ma douleur,

tout cela je l'ai mis en toi,

je me suis ruiné de moi,

j'ai donné mon abdication,

et ces derniers jours d'amour sans précautions

me préparaient à toute ma désolation.

Tu as ce coeur profond d'amour comme un abyme

et au fond une âme jouissante au crime,

qui me laisse la dépouille de mes jours.

La grandeur de ce mal où tu es savante,

quand bien même et malgré à toi, absente,

me saisit d'une grande épouvante,

ne me laisse qu'une vie défaillante.

Et la meute de ces démons enragés,

qui sans cesse assiègent mon esprit humilié,

que je doive rameuter tous mes bouchers,

pour te sauver, toi infâme à qui je suis lié,

car comme la bouteille à l'ivrogne,

je suis à toi sans vergogne,

comme le forçat à la chaine,

je suis à toi, inhumaine.

Maudite sois tu,

je ne t'en aime que plus,

j'y ais même trouvé un bonus,

un amour prédestiné d'élus.

Oui j'y ai vu le bon, le meilleur,

à notre destin, désormais notre délice,

nous sacrifions toute rancoeur,

et ressuciteront nos amours de ce supplice,

Nous abolirons cet esclavage maudit,

de ceux qui nous ont privés de nos cieux,

la pureté n'a jamais déserté nos coeurs, mieux,

toi et moi le savons , elle en était le lit,

serments, parfums, infinis baisers,

de ton corps chaque parcelle retrouvée,

et ton âme enfin à la mienne reliée,

nous sommes l'un à l'autre à jamais.

PH.(2009)

Rédigé par Nathanaël

Publié dans #textes