Top articles

  • Je ne t'ai pas apporté de fleurs

    04 novembre 2016 ( #Ecrits )

    A toi, qui si bien, savait me désaimer, j'ai deux mots à dire. Pour cet amour mammaire où le sein tête l'enfant, pour tout ce lait que tu m'as dérobé, ce lait de l'enfance dont je fus spolié, mon enfance suçotée par ton corps de femme, aspirée, vampée,...

  • Prélèvement automatique !

    20 novembre 2016 ( #ecrits )

    Ce que nous savons, plus ou moins, c'est que nous finirons poussière. Ce que nous ne savons pas, c'est que nous vivons en miettes. Des miettes de nous même, éparses sur la grande table de la consommation, les reste du repas pantagruélique des puissants,...

  • Quelques pas.

    10 janvier 2017 ( #Ecrits )

    Elle a des mots friables comme des ailes de libellule. Des mots qui s'envolent, et vous font au passage un vacillement d'âme. Dans le jardin du silence, ils tintent encore, de toute leur transparence, de toute leur présence. Mais toute cette beauté n'est...

  • Accepterais-je de mourir un peu ?

    17 décembre 2017 ( #ecrits )

    Je suis celui qui brule. Ordalie, ma vie. En mettre sa main au feu, son corps, en guise de bonne foi. Être à Feu et à Sang. * Je suis celui qui brule. A l'épreuve de la fièvre, m'allume, m'embrase, me consume, incendie de vie. * L'impatience, est la joie....

  • Un chemin perdu.

    08 avril 2018 ( #Ecrits )

    Un chemin fatigué du monde. * Un chemin qui s'éloigne, cherche un coin tranquille, emmenant quelques herbes folles, dansant sur son dos. * Un chemin qui mène, une vie buissonnière. * Un chemin où, il n'y a ni bergers, ni viticulteurs, encore moins d'agriculteurs....

  • Bon Jour de l'An

    31 décembre 2017 ( #Ecrits )

    Bon Jour de l'An La vie Éphéméride. Passent les ans comme les jours, nous effeuillent sans lenteur, les amitiés, les amours, passe l'antan. Plus d'enfants, devenus grands, de parents, partis avant. * Bon Jour de l'An Tant, le finissant, que le débutant....

  • La meule

    26 janvier 2016 ( #ecrits )

    La meule du temps tourne inlassablement broyant les jours, Déjà il me semble que les années de l'hiver creusent leurs sillons, Ravinent les dernières heures d'autonome Jettent leurs frimas dans le dos de mes pas, Mon temps devient le bouclier derrière...

  • Quand bien même

    12 février 2017 ( #Ecrits )

    Et quand bien même la source resterait enfouie dans les tréfonds de l'obscurité du soi. Quand bien même, l'on n'y baignerait jamais son visage, de ses mains en coupe d'eau pure. Le simple fait... D'avoir écouté ardemment son bruissement lointain, d'avoir...

  • Mon père

    07 décembre 2016 ( #Ecrits )

    Le regard de mon père avait quelque chose de la rivière de campagne qui coule, simplement. Lorsqu'il me regardait ces reflets miroitaient leur douce lumière sur mon visage. Il me lavait de tout. Le corps de mon père, c'était un manège de fête foraine....

  • Café.

    20 janvier 2016 ( #ecrits )

    Le silence est la nudité de la parole. * Le silence est toujours intime. Derrière la nudité toujours nous attend l'inconnu. Délestés du langage, la peau est le verbe. * Aujourd'hui nous sommes au tout collectif, à la transparence. Or avoir une âme c'est...

  • Cette aube est la même qu'hier.

    08 janvier 2015 ( #ecrits )

    Cette aube est la même qu'hier, sinon qu'hier nous ne savions pas. Je suivais depuis l'affaire des caricatures, " c'est dur d'être aimé par des cons " ( un excellent documentaire à se procurer ), Charlie Hebdo. Ils refusaient de se taire, de se laisser...

  • Rémouleur.

    20 avril 2014 ( #regards )

    C'est stupéfiant ! Plus nous tombons dans le matérialisme, plus nous nous dématérialisons. Quelque chose du monde meurt et ce monde est en nous. - L'image de nous même n'est plus l'autre incarné mais la photo, le cinéma, la télévision quotidienne. "Un...

  • Fanatiques

    15 août 2016 ( #ecrits )

    Nous sommes des forteresses errantes et irréfragables. Dans nos cryptes, comme un trésor, un amas de croyances, de préjugés irréfléchis, de certitudes irréfutables. ... Même celui qui se prend d'assaut, s'assiège, se défait moellons après moellons de...

  • Voici venu ce jour que tu n'as pas connu.

    24 septembre 2017 ( #Ecrits )

    Les mots sont la seule résurrection pour ce qui a disparu. Avec chaque amour, on change de passé. Mais toi qui m'a si tôt laissé, tu es resté mon Jadis. Voici venu le jour que tu n'as pas connu. Ce jour d'anniversaire où mes jours sont devenus plus nombreux...

  • Le vent

    04 décembre 2016 ( #Ecrits )

    L'essentiel on le saisit en un instant, tout le reste est de trop. J'aime le vent, j'aime ce déchirement sans bruits des nuages, ce papier crépon du ciel qu'il écrit d'encre invisible, en filigrane. Il écrit en italique dans les feuilles des arbres, danse...

  • Sensualité

    22 septembre 2016 ( #ecrits )

    J'entendais le grésillement de la flamme de la bougie, et dans la pénombre le bruissement du tulle à la fenêtre entrouverte. L'été s'en allait délicatement, laissant la place au crépuscule des jours. En un chuintement, la chute des vêtements. Intensément,...

  • De plomb et de dentelle.

    09 février 2016 ( #ecrits )

    Pachyderme aux ailes de libellule, je me sens fait de plomb et de dentelle. * Il est presque impossible de se faire un manteau de lumière dans ce monde. Comme si une balance aux sourcils broussailleux examinait chaque instant de béatitude, et le compensait...

  • Lecture

    25 janvier 2016 ( #regards )

    Avant de commencer un livre j'ai toujours une pensée pour celui qui l'a écrit. Je me dis qu'il a pesé chaque mot, que chaque pensée a mis son temps à s'exprimer, que ce soit des années ou qu'elle rejaillisse, soudain, comme une source souterraine. Je...

  • La place de Jonas...

    20 décembre 2012 ( #Afrique )

    Une spéciale dédicace, A mon ami Jonas, Qui a l'audace, De sortir de l'impasse, De cette curiosité, Donnée comme un défaut crasse Alors qu'en l'humanité, Elle est aussi la trace D'un véritable intérêt. Alors sortie de ma calebasse, Voici mon Africaine...

  • Tzigane endiablée

    01 mai 2016 ( #ecrits )

    Pousse le vent sous la feuille, qui l'emmène au firmament. Volette petite, qui pour l'oiseau se prend, lorsque d'elle la rafale s'éprend ; d'ailes se pense dotée, loin de sa branche, de coté elle penche, petite feuillette, tourbillonnant, papillonnant,...

  • Disjoints

    04 mars 2016 ( #ecrits )

    ... Suivre le tranchant de la montagne, sectionnée d'un tumulte d'eau furieusement descendante, défendante . Une eau rocailleuse. En haut un reg, le plateau pierreux qui a tué le mot verdure. Et là en tombeau immuable: un monastère de pierre... Pendu...

  • La passante

    05 décembre 2015 ( #ecrits )

    Soudain, violent est mon besoin de me mêler à toi, de me glisser en toi, de te porter en moi, de prendre à mes lèvres ta source, de gouter à ton intime secret. * Ô toi ma souveraine, qui passe altière, parée de ta grâce insoupçonnée, accueille-moi à toi....

  • ô mon amour...

    26 novembre 2015 ( #ecrits )

    Pour peu que tes yeux aient la transparence des eaux claires qui irriguent, de cette source fertile, ton âme. Qui que tu sois alors, tu n'es jamais laide, ni fanée, ni flétrie, car ton cœur est abondant. * Et si, je te croise dans la rue de mes jours,...

  • Un ver de vain

    04 août 2015 ( #ecrits )

    "Aller de l'avant" c'est vivre dit-on ... Oui mais je vis au bord de la falaise... C'est un peu comme pour le trèfle à quatre-feuilles, lui sa chance... c'est quand on ne le trouve pas ! Alors "aller de l'avant" ! Merci du conseil, ça va pour ceux qui...

  • L'arbre

    23 juin 2015 ( #ecrits )

    Un arbre solitaire à la plaine, agitait sa branche au vent, me saluant, d'une pensée je lui répondais. * Un arbre anachorète, est toujours une pensée sauvage. * Au bord du chemin, il, regarde passer, regarde passer, et au passant, encore, toujours, offre...

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>